Après Mirasol, Liquavista aussi prépare la révolution des écrans adaptés à la lecture.


Liquavista vient d’être racheté par Samsung. Cette annonce en apparence anodine cache peut-être en réalité un tournant historique pour la lecture numérique. Ce rachat confirme en effet le potentiel immense de ces nouveaux écrans, enfin adaptés à la lecture.

Un rachat stratégique important

Liquavista est peu connu du grand public, et pourtant, son potentiel pour la lecture numérique est immense, et j’en ai souvent parlé sur ce blog. Le rachat stratégique de Liquavista par le géant Samsung va rapidement faire connaître cette technologie très prometteuse. C’est en effet une petite révolution qui s’annonce pour les utilisateurs des smartphones et tablettes qui intégreront ces écrans.
Le rachat, dont on parlait depuis quelques jours, vient d’ailleurs d’être officialisé par Liquavista sur son site dans un communiqué de presse enthousiaste. Johan Feenstra, fondateur et PDG de Liquavista, y explique que devenir une partie de Samsung Electronics va permettre à la technologie d’écran de Liquavista de se diffuser plus largement.
Ce communiqué explique aussi qu’il sera désormais possible de profiter pleinement de la couleur, de l’animation, et d’une lisibilité parfaite dans toutes les conditions de luminosité. Exactement ce qui fait rêver les consommateurs actuels.

La technologie Liquavista

Liquavista utilise une technologie très peu connue du grand public, et appelée électromouillage.

Derrière ce nom étonnant se cache une technologie de pointe, qui utilise une huile dont la propriété est de se rétracter sous  l’effet d’un courant électrique. Par défaut, chaque pixel est couvert par une goutte d’huile noire, et crée un pixel noir. Sous l’effet du courant, la goutte d’huile se rétracte, et la lumière se reflète sur le fond laissé libre. Cette dernière passe alors à travers un filtre couleur. L’affichage est ainsi créé, pixel par pixel.

La vidéo ci-dessous montre plus clairement comment cela fonctionne.


Les atouts de l’écran Liquavista

Ce qui réellement intéressant chez Liquavista, c’est que la technologie employée permet de proposer des couleurs très vives, une vitesse de rafraîchissement de l’ordre de 60 images par seconde, le tout avec un écran capable de parfaits résultats en plein soleil, tout en consommant moins d’énergie qu’un écran traditionnel. On voit donc qu’on est très clairement sur le même créneau que ce que propose Mirasol, avec semble-t-il une meilleure prise en charge de la couleur et des animations.

La vidéo que vous allez voir ci-dessous date d’ailleurs de mai 2010, et depuis, aucune image n’a filtré. Des progrès peuvent donc encore avoir été faits.


Le « petit » bonus : des écrans flexibles incassables

Les dernières nouvelles de Liquavista montraient l’intégration de leur technologie d’électromouillage dans un écran souple et incassable. Le champ d’application pour les smartphones et tablettes est évident.

Samsung pourrait donc non seulement proposer des écrans nouvelle génération (Liquavista a nommé ses écrans LCD 2.0), mais en plus ceux-ci pourraient être souples, flexibles, et résistants aux chocs.

Quand on connaît la fragilité et le prix des écrans actuels, et alors que les tablettes arrivent massivement sur le marché, c’est un atout de plus pour Samsung. De plus, le coût de fabrication serait moins élevé que celui d’un écran en verre.

 

Quelles sont les perspectives pour Samsung ?

Abandon de l’encre électronique

On savait déjà depuis un certain temps que Samsung voulait mettre fin à son incursion dans le domaine de l’encre électronique. Manifestement, Samsung savait déjà qu’il valait mieux miser sur une nouvelle technologie d’écran.

L’échec commercial du lecteur à encre électronique Samsung E60 a fait baisser son prix jusqu’à 49 euros une fois les réductions effectuées, au lieu de 329 euros lors de son lancement l’année dernière. Le fait qu’il reste encore du stock malgré ce prix montre que manifestement, Samsung a fait le bon choix.

Les intentions de la marque dans le domaine de la lecture numérique semblent intactes, mais en utilisant une technologie plus prometteuse.

Les tablettes, mais aussi les smartphones

Samsung, avec sa gamme Galaxy est un des leaders sur le marché des tablettes (Galaxy Tab), et sur celui des smartphones (entre autres avec le Galaxy S).

Sur ce dernier, la marque a d’ailleurs travaillé pour proposer un des meilleurs écrans du marché, utilisant la technologie Super Amoled, qui le rend beaucoup plus lumineux, mais aussi plus visible en extérieur, et (un peu) moins gourmand en énergie.

Avec la  technologie Liquavista, Samsung pourra aller plus loin. Ses écrans pourraient alors proposer une autonomie bien supérieure à celle des autres appareils, une solidité incomparable, tout en étant plus fins, souples, en proposant une couleur et une gestion des vidéos parfaitement adaptés aux besoins des consommateurs, et pour couronner le tout, une parfaite lisibilité en extérieur.

On pourrait retrouver cette technologie sur les smartphones, la tablette Galaxy Tab, et pourquoi pas, de nouvelles tablettes. Le seul fabricant de tablette à rencontrer pour l’instant un certain succès en face de l’iPad pourrait ainsi marquer de précieux points avec l’argument choc de l’écran Liquavista.

Mais Samsung pourrait aussi choisir de fabriquer les écrans pour d’autres acteurs, et ainsi se positionner exactement comme Mirasol, en tant que fabricant et fournisseur.

Quel potentiel face à l’iPad ?

Certes, il sera difficile de rattrapper l’iPad dans le domaine des tablettes. Mais la Galaxy Tab a été un premier succès. Une version ou une nouvelle tablette aussi performante, mais moins chère, et équipée d’un écran Liquavista pourrait donc avoir ses chances, même face à l’iPad.

On sait en effet que la lecture numérique est loin d’être une activité parmi les autres sur l’iPad. Après la consultation d’internet, et la lecture des emails, c’est la lecture d’ebooks qui arrive en tête des activités préférées des utilisateurs d’iPad. J’en ai parlé plus en détail ici.

Proposer un écran vraiment adapté à la lecture, quelles que soient les conditions d’éclairage, le tout sans rétro-éclairage, sera donc pour les années qui viennent un des enjeux principaux pour les fabricants de tablettes et nouveaux appareils de lecture.

Se positionner face à Mirasol ?

J’ai souvent parlé de ces 3 acteurs ensemble : Pixel Qi, Mirasol, et Liquavista. Pixel Qi propose aussi un écran adapté à la lecture, mais l’écran m’a toujours moins impressionné en ce qui concerne la couleur. Il reste pourtant un des écrans dont on parle le plus, et il équipe déjà la tablette Adam de Notion Ink, dont les premiers exemplaires viennent tout juste d’être envoyés. On devrait donc en parler rapidement.

Mais la nouvelle star du moment, c’est Mirasol, avec son écran couleur sans rétro-éclairage qui a captivé tout le monde lors du CES 2011 à Las Vegas. On pense d’ailleurs que des annonces concernant les premiers appareils équipés ne devraient plus tarder.

 

 

Mirasol a de quoi tenir tête à Liquavista, car la technologie appartient à Qualcomm, un acteur peu connu du grand public Français, et dont les puces 3G ou les processeurs sont pourtant présents dans un nombre impressionnants de tablettes et smartphones.

Or Qualcomm vient d’investir pas moins de 1 milliard d’euros dans un site de production pour ses écrans Mirasol. Le géant veut en effet produire l’écran en quantités industrielles, et semble très confiant dans les perspectives offertes par cette technologie.

Le rachat de Liquavista par Samsung annonce donc un match au sommet entre deux technologies proposant sensiblement la même chose. Liquavista a quelques atouts, dont la capacité à lire 60 images / seconde contre 30 pour Mirasol.

Mais il y a cette huile. On ne sait quelle durée de vie elle peut avoir, et comment elle réagit à des conditions climatiques comme la chaleur ou le froid.

La couleur ne fait plus aucun doute…

Au final, pour le consommateur, on peut d’ores et déjà annoncer qu’on lira demain sur des écrans proposant des couleurs vives, des animations, adaptés à la lecture même en extérieur, et avec une autonomie augmentée. Les choses se compliquent donc beaucoup pour l’encre électronique couleur, très en retrait sur la couleur comme sur l’animation. Il faudra à mon avis faire beaucoup de progrès, et rapides, pour avoir une chance de rester dans la course.

Reste Pixel Qi. Difficile de savoir comment l’entreprise peut s’en sortir face à la puissance financière d’ entreprises comme Samsung ou Qualcomm. L’entreprise pourrait-elle rachetée par un géant du secteur, elle aussi ?

8 réponses à to “Liquavista racheté par Samsung : un tournant pour la lecture numérique”

NOUVEAU : NEWSLETTER

Entrez votre adresse email

SUR FACEBOOK
calendrier
janvier 2011
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31