Le KAIST Institute of Information Technology Convergence vient de montrer son savoir-faire en termes de « pages qui tournent » avec un prototype en démonstration sur iPad. L’objectif est d’améliorer ce qui existe déjà dans le domaine, en apportant aussi de nouvelles manières d’interagir avec les ebooks, et offrir de nouvelles possibilités.

L’animation des pages : un simple gadget ?

Les effets de pages qui tournent que l’on trouve dans les applications de lecture pour tablette ne sont pas essentielles pour lire. Pour certains, cela n’a d’intérêt qu’au tout début. Pour beaucoup utiliser les différentes applications des différents, je ne suis pas totalement d’accord, et je trouve que cela ajoute un petit plus appréciable. Les applications s’y sont toutes mises peu à peu, même si la meilleure option est celle d’offrir les deux possibilités, comme le fait Kindle.

Mais qu’on trouve ou non cet aspect inutile, c’est ce côté « sexy » qui a permis à iBooks, avec sa bibliothèque en bois et ses pages animées, de prendre une place de choix dans un secteur ou pourtant, son catalogue n’était pas le plus impressionnant. Apple a compris depuis bien longtemps l’importance de l’esthétique, de l’interface, et de ces petits détails qui font la différence.

Alors, même inutiles pour la lecture, ces animations sont loin d’être sans importance pour l’utilisateur, qui peut-être a besoin de retrouver le livre, ne serait-ce que pendant cette période de transition.

Smart Ebook Interface : pour faire mieux que les livres.

Et c’est cela qui est vraiment intéressant. On sort de la pure copie du livre pour rentrer dans de nouvelles gestures qui permettent de faire des choses qu’on ne peut pas faire avec des livres.

Ainsi, le prototype présenté permet de feuilleter les pages à grande vitesse, comme on le fait avec un vrai livre en le courbant et en laissant échapper les pages qui sont sous le pouce. C’est un geste couramment pratiqué avec un livre, mais jusqu’ici impossible avec un ebook. On pourrait même imaginer que la pression pourra indiquer la vitesse à laquelle les pages défilent.

Autre possibilité : celle de chercher une page avec l’index pendant que le pouce « garde » la page actuelle (voir première image). La vidéo est plus claire que les mots dans ce domaine. Cette fois-ci, on fait mieux sur un ebook que sur un livre où c’est par nature impossible. Il suffit d’essayer pour s’en convaincre.

Avancer de 2, 3, 4 pages en utilisant le nombre de doigts correspondant est aussi possible. Pourquoi pas 5 ? Parce que c’est une gesture utilisée sur l’iPad pour passer d’une application à une autre.

D’autres options ont été ajoutées pour choisir le nombre de pages tournées, comme la vitesse de déplacement du doigt, ou la pression, et on imagine que les possibilités sont presque infinies.

C’est en tout cas un champ d’expérimentations intéressant qui devrait permettre une utilisation plus intuitive des applications de lecture à l’avenir.

Quand verra-t-on ce genre d’interface, concrètement ?

La démonstration a été faite en s’appuyant sur l’API privée d’Apple. Si cela ne garantit pas que la prochaine version d’iBooks ressemblera à cela, on peut en tout cas imaginer que des recherches aillent dans cette direction, et qu’Apple continue à améliorer son application, après une version 2 désormais capable de lire des ebooks multimédia.

Quoi que l’on en pense, je trouve amusant ce double mouvement actuel, avec cette volonté d’une part de sortir l’ebook de la comparaison avec le livre (comme on le voit avec les manuels iBooks et les ebooks enrichis en général), et d’autre part cette volonté d’y ressembler avec ce genre de solution.

Le besoin de manipuler des pages (réelles ou virtuelles) semble être profondément ancré en nous.

3 réponses à to “Smart Ebook Interface : la nouvelle génération de pages qui tournent”

  • Personnellement le feuilletage est pour moi de l’ordre du « gadget ». Oui c’est sûr, c’est joli, mais on n’est pas obligé de lire exactement comme avec un livre papier. Quand je lis en numérique, j’utilise une application qui me permet d’avancer dans le texte de plusieurs façons : une pression pour un saut de page horizontalement, ou verticalement, une avancée en mode déroulé comme un parchemin, et un mode feuilletage. L’avantage de la lecture numérique est qu’on peut lire à une main bien plus facilement, et le seul mode d’avancée que j’utilise pour la lecture, c’est la pression pour un saut de page. Je trouve plus rapide et pratique car justement on a moins de mouvement à faire. Mais bon, chacun sa pratique !
    Par contre, je concède que le mode « chercher une page avec l’index pendant que le pouce « garde » la page actuelle » peut être intéressant. Mais contrairement à ce que dit l’auteur, on peut aussi le faire avec un livre papier, à condition d’utiliser sa 2ème main.

  • Georges Lagarde:

    C’est pas pour rien que le mot feuilleter existe et ne pas pouvoir le faire est vraiment gênant. Comme souvent avec l’ergonomie on ne peut pas chiffrer cette gêne mais la comparaison avec le livre papier dans la vidéo est convaincante!

  • masa:

    Cette technologie est génial, cela donne de suite envie de consulter plus live en couleurs!

NOUVEAU : NEWSLETTER

Entrez votre adresse email

SUR FACEBOOK
calendrier
janvier 2012
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031