Ebooks : le scénario de domination de Google

Le silence de Google : une stratégie ?



Apple et Amazon occupent seuls le terrain médiatique concernant les ebooks actuellement. Et pourtant, en ce qui concerne les contenus, Google éditions pourrait proposer une offre beaucoup plus séduisante que celles que nous préparent Apple et Amazon, en voyant (beaucoup) plus grand.

Mais le récent silence de Google est peut-être volontaire. On oublie vite l’énorme vague d’inquiétude et de protestations lors de l’annonce de la sortie de Google éditions lors de la foire du livre de Francfort à la mi-octobre 2009, il y a seulement quelques mois.

Google a priori fait le choix de rester discret depuis.

De plus, Google a plutôt tendance à jouer l’effet de surprise que l’effet d’annonce. Il suffit de regarder le récent Google Buzz ou avant Google chrome, androïd ou Google Wave pour remarquer que la stratégie Google est différente de celle d’Apple ou d’Amazone, qui consiste à occuper en permanence le terrain avec des nouveautés.

Le lancement simultané de Google éditions aux États-Unis et en Europe devrait participer à une belle couverture médiatique le moment venu.

Que prépare réellement Google avec Google éditions ?

L’idée est relativement simple, mais elle est d’autant plus révolutionnaire : pouvoir acheter des ebooks n’importe où et les lire depuis n’importe quel appareil.

Selon le site actualitté, l’Europe pourrait avoir accès à Google éditions et ses 600.000 ouvrages dès le démarrage, avec 9000 éditeurs partenaires. Et contrairement à ses concurrents qui par exemple en France n’ont pas de véritable catalogue, Google éditions pourra s’appuyer sur sa collection d’ouvrages numérisés dans les grandes bibliothèques (comme la bibliothèque de Lyon, et peut-être bientôt la BNF), pour proposer du contenu, et sûrement beaucoup de gratuit.

Une stratégie de consultation unique en son genre…

Google offrira la possibilité de consulter une partie des ouvrages sur Internet, et ensuite de les acheter pour pouvoir les lire en entier. Avec une offre accessible depuis n’importe quel appareil, qu’il soit mobile ou pas, Google éditions a de quoi répondre à ses concurrents.

Le système que proposera Google éditions permettra sûrement d’utiliser le système de paiement de Google (checkout), qui permettra de créer un compte, puis de payer sans avoir à rentrer ses données à chaque fois (un peu comme avec Paypal).

Les ebooks achetés seront consultables intégralement dans le navigateur qui a permis de le prévisualiser, l’ ouvrage étant en fait enregistré en cache dans le navigateur. Il suffirait donc de n’importe quel appareil doté d’un navigateur pour pouvoir accéder à Google éditions. Une solution simple….et efficace. Il semble que c’est l’utilisation de la technologie Google Gears qui permettra de stocker les ebooks ainsi achetés.

Diffcile d’empêcher Google éditions d’être sur les appareils des concurrents…

Plutôt que d’utiliser un logiciel propriétaire, n’importe quel navigateur sera à même de lire les ebooks. Une bonne manière d’empêcher des concurrents éventuels de vouloir fermer leur appareil à Google éditions. Les seuls appareils qui ne pourront pas y accéder seront ceux privés d’un navigateur internet (de plus en plus rare).

En faisant cela, Google garantit sa propre présence sur n’importe quel appareil connecté à Internet.

On sait que Google travaille très fort pour être présent sur les ordinateurs, sur les netbooks, smartbooks, tablettes et autres smartphones.

Les efforts pour être présent sur toutes les plates-formes est d’ailleurs sans précédent. Voilà pourquoi l’approche ebooks de Google tient compte de cette nécessité de ne pas dépendre d’un appareil (l’erreur d’Amazon ?)

Une autre stratégie de distribution, très ambitieuse.

Google, en se positionnant presque comme un « grossiste » en ebooks, pourra proposer à de nombreux détaillants, catalogues, fabricants de matériel, d’accéder un stock immense de produits à vendre. Et sa stratégie pourrait permettre d’envahir tout le marché.

Google éditions prépare pour cela de trois modèles de distribution :

  • Dans le premier modèle, il sera tout simplement possible d’acheter les ebooks Google dans Google livres, la collection de livres numérisés disponibles déjà depuis plusieurs années sur Internet. Dans ce modèle, on parle d’un partage à hauteur de 63 % pour l’éditeur, et 37 % pour Google. Ce qu’on sait cependant, c’est que depuis peu de temps, avec l’arrivée d’Apple et du modèle d’agence pour les éditeurs, Google accepterait de donner finalement 70 % et non 63 % aux éditeurs.
  • Dans le second modèle, il sera possible d’acheter des ebooks chez un partenaire revendeur, Google jouant alors un rôle de grossiste. On parle dans ce cas de 45 % pour l’éditeur, et 55 % à se partager entre le revendeur et Google. Ce chiffre devrait lui aussi être modifié au vu des dernières nouvelles et des exigences récentes des éditeurs.
  • Dans le troisième et dernier modèle, Google renverra le visiteur vers le site d’un éditeur. On ne sait pas encore quelles commissions sont prévues dans ce modèle. Il est donc pas totalement impossible que dans quelques mois, vous achetiez un ebook d’Amazon ou d’un éditeur directement depuis l’interface de Google éditions.

2 armes secrètes pour remporter le match ?

Côté éditeurs, Google pourrait mettre à disposition des outils qui permettraient à ceux dont les ouvrages seront consultés en ligne de proposer à la fois une version ebook et une version papier. Une manière de rassurer les éditeurs en faisant de la prévisualisation des ebooks dans Google éditions un outil pour vendre aussi des ouvrages papier.

Coté utilisateurs, Google aurait choisi de supprimer les DRM dans Google éditions. Difficile de savoir si c’est leur système de copie en cache ou d’autres raisons stratégiques qui rendent les DRM problématiques ou incompatibles avec cette technologie, ou si c’est un choix délibéré pour plaire au consommateur. Si cela est confirmé, cela devrait cependant faire beaucoup d’heureux, et porter un coup rude à la concurrence.

Décidemment, il semblerait qu’une fois de plus, Google a tout compris…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *