Harry Potter, la magie continue en numérique et sans DRM

J.K Rowling envoie un message aux fans…

On attendait d’en savoir plus depuis déjà un certain temps : Harry Potter en version numérique n’était peut-être plus impossible finalement. Et aujourd’hui, le site Pottermore a permis de découvrir les nouveaux projets de J.K Rowling. Les versions numériques des ouvrages seront bien disponibles…

Pottermore : un site, de la lecture, de l’interaction…

Plus qu’un simple site, J.K Rowling a lancé un site totalement interactif et immersif. Le site sera en effet un mix entre expérience internet, jeu en ligne et lecture numérique, l’auteure ayant manifestement développé de nouveaux écrits pour compléter l’histoire Harry Potter. On retrouve donc les recettes bien connues de la Saga Star Wars, et ses centaines d’ouvrages satellites.

Autre point intéressant, les ouvrages seront intégrés peu à peu dans l’univers du site. Au 1er octobre, le 1er volet de la Saga sera donc intégré dans l’expérience Pottermore, et les autres volets le seront peu à peu, ajoutant des fonctionnalités, personnages, et autres éléments nouveaux à Pottermore.

1 million d’utilisateurs présélectionnés parmi ceux qui auront laissé leur adresse email pourront accéder au site en avant-première dès le 31 Juillet, histoire d’alimenter l’attente et bien sûr le buzz autour du site. Nul doute que certaines informations seront ajoutées au compte-goutte pour alimenter le suspense.

La version numérique, et sans DRM s’il vous plaît

Alors que J.K Rowling était (ou voulait faire croire qu’elle était) opposée à la mise sur le marché des versions numériques d’Harry Potter, on apprend qu’ils seront bien commercialisés, mais qu’en plus ils le seront sans DRM. A la place, la technique du tatouage, qui est déjà utilisée par de plus en plus de plateformes, et qui consiste à insérer les coordonnées de l’acheteur de l’ebook dans le fichier lors de sa livraison. Une manière de dissuader de partager, mais qui évite les limitations des DRM.

Un partenariat a été passé d’une part avec Overdrive pour la distribution des ebooks, mais aussi avec Sony, présenté sur le site, ce qui pourrait signifier un partenariat au niveau des readers de la marque (et manifestement des réductions). On sait aussi que la plateforme Amazon sera de la partie.

Les éditeurs ne sont pas conviés

L’éditeur historique Bloomsbury est laissé sur le bord de la route pour la suite de l’histoire, J.K Rowling ayant les droits numériques, et ayant donc fait le choix de se passer de la maison d’édition pour passer sous la bannière Pottermore Ltd, créée en 2009.

C’est un coup dur, non seulement pour les maisons d’édition concernées, mais pour l’ensemble de la profession qui voit donc la star de référence des dernières années montrer un exemple qui pourrait faire craindre une contagion. Certains analystes n’hésitent déjà pas à en déduire que c’est un vrai coup porté au monde de l’édition en général, et le début de la fin.

Quoi qu’il en soit, cela montre qu’il est possible pour les plus grandes stars de gérer elles-même l’aventure numérique si elles le désirent, et cela devrait donner des idées à d’autres.

Dans la vidéo ci-dessous, l’auteure de Harry Potter s’est directement adressée aux fans en leur disant que Pottermore était une manière de les remercier pour le succès d’Harry Potter, 13 ans après le premier volume de la saga, en leur proposant une expérience unique, interactive, dans laquelle le lecteur profite d’une expérience de lecture enrichie…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *