Oyo, le concurrent (très) direct du FnacBook

Alors que le FnacBook vient juste de sortir, et que tout est fait pour en faire un des Best-sellers de la Fnac pour Noël, France Loisirs a aussi son lecteur d’ebooks couplé à une offre de contenus, et un argument choc : un lecteur à 149 euros, fabriqué par l’Allemand Thalia.


La vidéo de présentation du Oyo

Les points communs avec le FnacBook

  • Un lecteur à encre électronique au format large et arrondi
  • Des touches de navigations en haut à droite
  • L’écran SiPix tactile à 16 niveaux de gris
  • 2 Go de mémoire interne
  • Un accéléromètre (pour passer automatiquement du mode portrait au mode paysage)
  • La connexion directe à un catalogue d’ebooks en Français (Chapitre.com)
  • La présentation dans toutes les enseignes de la marque

On a donc presque un clône du FnacBook, surtout si on compare ces deux lecteurs et leurs spécifications aux autres lecteurs du marché.

Les différences entre Oyo et FnacBook

  • Des touches de navigation (avancer / reculer)
  • Catalogue proposé par Chapitre.com (mais même source)
  • 10 ouvrages pré-intégrés (contre 50 pour le FnacBook)
  • Pas de connexion en 3G (Version 3G en 2011)
  • Distribué aussi dans les 60 librairies Chapitre
  • 149 euros contre 199 euros pour le FnacBook.

Sur les différentes vidéos que j’ai pu voir, le Oyo n’avait pas l’air de rencontrer les mêmes problèmes de réactivité que le lecteur de la Fnac. Mais ce ne sont que des vidéos, et je vous donnerai un avis définitif seulement lorsque j’aurai essayé.

Mais le plus important est selon moi est la présence de touches de navigation qui ici sont intégrées, et qui peuvent prendre le relais de l’interface tactile, pour ceux qui préfèrent, ou si cette dernière manque elle aussi de réactivité.

Autre bon point pour le Oyo face au FnacBook : le texte semble avoir plus de place que sur le FnacBook, dont l’écran est « réduit » par des icones un peu encombrantes.

Conclusion

Le Oyo et le FnacBook sont de la même famille.

Sur le plan du design, bien que très proches, le FnacBook gagne par un look plus sympa alors que le blanc uni du Oyo est plutôt triste.


Sur le plan des spécifications, c’est la même chose à peu de choses près, avec un plus pour le Oyo concernant les touches de navigation et des icones plus discrètes, et un plus cette fois-ci pour le FnacBook pour la 3G gratuite.

Enfin, sur le plan du catalogue, le FnacBook proposera 80.000 ouvrages numériques contre un chiffre inconnu pour France Loisirs qui annonce travailler avec l’ensemble des éditeurs proposant le format Epub. Au final, pour l’utilisateur, il ne devrait pas y avoir fondamentalement de différence, et pas non plus sur le prix des ouvrages, avec la loi sur le prix unique du livre numérique.

Reste le prix, avec un très bon point pour le Oyo, 50 euros moins cher que le FnacBook. Le FnacBook proposera certes 50 ebooks pré-installés contre 10 pour le Oyo, mais comme ce sont des classiques libres de droit, donc gratuits, et qu’on en trouve des milliers d’autres comme ceux-ci gratuitement sur internet, ça n’a aucune importance.

Il ne reste plus qu’à aller le découvrir par vous-même dans une des 205 boutiques France Loisirs et à vérifier par vous-même si il est agréable à utiliser. En ce qui me concerne, je ne tarderai pas à aller le tester, bien entendu.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter la FAQ très complète de France Loisirs concernant le Oyo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *