Comparatif tablettes : Exo PC Slate vs HP Slate vs Apple iPad

Tablette ExoPC Slate vs HP Slate VS iPAd

A noterdernière information ExoPC : Exo PC vient de signer un accord d’exclusivité avec Pegatron pour l’Amérique du Nord ! De ce fait les caractéristiques techniques de la tablette ExoPC en sortent renforcées et cet appareil promet des performances remarquables.

Enfin, la tablette ExoPC est dotée du même processeur que la tablette allemande WePad de Neofonie , le Intel Atom Pineview-M N450 cadencé à 1.66 GHz (avec support 64 bits).


ExoPC
Slate
HP
Slate
Apple
iPad
Système
d’exploitation
Microsoft
Windows 7

Edition Familiale Premium
Microsoft
Windows 7

Edition Familiale Premium
Apple
iPhone OS
Couche
logiciel pour interface tactile
ExoPC
UI Layer
HP
touch-optimized UI
iPhone
OS
App
Store
OuiInconnuOui
Technologie
tactile
Capacitif
multi-point
Capacitif
multi-point
Capacitif
multi-point
Ecran11,6
pouces

1366 x 768

135 pixels par pouce
8,9
pouces

1024 x 600

133 pixels par pouce
9,7
pouces

1024 x 768

132 pixels par pouce
RAM
(installé / max)
2Go
/ 2Go DDR2
1Go
/ 1Go DDR2
Inconnu
CPUIntel
Atom Pineview-M N450

1.66 GHz – Support 64 bits
Intel
Atom Z530

1.60 GHz
Apple
A4

1.0 GHz
GraphiqueIntel
GMA500 Integré

3D, HD & Flash ready
Intel
GMA500

3D, HD & Flash ready
Integré
StockageSSD
32/64Go
SSD
32/64Go
SSD
16/32/64Go
Technologie
d’affichage sans fil
Intel
WiDi HD ready
NonNon
RéseauWifi
802.11 b/g/n
Wifi
802.11 b/g
Wifi
802.11 b/g/n
Bluetooth2.1
+ EDR
2.1
+ EDR
2.1
+ EDR
PortsUSB
2.0 x2, Sortie audio,, Mini-HDMI
USB
2.0 x1, Sortie audio,, Connecteur pour station d’accueil
Sortie
audio, Connecteur pour station d’accueil
Lecteur
de carte
SD/SDHC

32Go Max
SD/SDHC/SDXC

128Go Max
Aucun
AccéléromètreOuiOuiOui
Capteur
de luminosité
OuiOuiOui
Caméra-APN1.3
MP
1.3
MP + 3.0 MP
Aucune
MicrophoneOuiInconnuOui
Haut-parleursIntegré
2 x 1.5W
InconnuIntegré
Autonomie5
heures
5
heures
10
heures
Dimensions288
x 190 x 14.0 mm

850 g
234
x 150 x 14.7 mm

670 g
243
x 190 x 13.4 mm

680 g
Prix599$
(32 Go)
549$
(32 Go)
599$
(32 Go)

Source : ExoPC

ExoPC slate ou Wepad : une seule et même tablette ?

Alors que les spécifications définitives de la tablette exoPC slate viennent de sortir, et que la tablette Wepad a beaucoup fait parler d’elle, on apprend que ce pourrait être une seule et même machine…

Selon l’auteur de l’article à l’origine de ce billet (aussi à l’origine du premier commentaire ci-dessous), le Pegatron pad serait la base commune des deux appareils.

Il sera ensuite possible pour ExoPC comme pour neofonie (wepad) de modifier à leur guise les composantes.

Chez ExoPC, le Slate sera ainsi proposé avec des capacités allant de 32Go à 64Go alors que la tablette WePad sera proposée avec une capacité de stockage de 16Go. Mais ce sera bien sûr au niveau de l’expérience utilisateur et des interfaces que les choses devraient être vraiment différentes, car Wepad utilisera le système d’exploitation Androïd de Google, et ExoPC Windows 7, ce qui les place pour le coup dans des catégories très différentes en termes d’usages.

En tout cas, vu ce qui est proposé, on pourrait donc avoir 2 concurrents solides face au Kindle au lieu d’un, et dans une gamme de prix similaire. C’est donc plutôt une bonne nouvelle.

source : bloguedegeek

Des lecteurs d’ebooks dans de vrais magasins ?

Image : ebouquin

En France, vous pouvez aujourd’hui voir et tester seulement 2 lecteurs d’ebooks (de Booken et Sony), et c’est uniquement chez FNAC, au rayon livres.

Et nombre d’entre vous me demandent où on peut essayer les autres fabuleuses machines dont je parle ici. La réponse est : « nulle part ». Mais iPad, encore lui, pourrait bien venir changer tout ça.

Car si les magasins n’ont pas trop cru jusqu’ici aux différents appareils dédiés, ils vont bien sûr préparer un joli espace pour présenter le dernier né d’Apple. La concurrence devra alors réagir…


Pourquoi n’y a t’il pas de lecteurs en magasin ?

Une partie de la réponse tient bien entendu dans le fait que le marché est trop petit en France, et que pour cette raison, les lecteurs n’y sont pas proposés. Malheureusement, la plupart des nouveautés que je relaye ici mettront des mois à arriver jusqu’à nous, dans le meilleur des cas.

Mais l’autre partie de la réponse est dans le manque évident d’anticipation, de la part des constructeurs des machines, comme de la part des enseignes de distribution. Si le produit « ebook » marche, tous les magasins en voudront, mais en attendant, tout le monde s’observe.

L’arrivée de l’iPad en magasin va accélerer le processus…

L’arrivée de l’iPad va tout changer, car Apple a une stratégie qui prévoit de mettre vraiment en valeur leur machine en magasin (espaces dédiés, formation des vendeurs, démonstrations etc….). Les lecteurs d’ebooks vont aussi devoir aussi être présentés en magasin pour exister.

Kindle va d’ailleurs peut-être proposer ses lecteurs dans les magasins Américains « Target » à partir du 25 avril. Le début d’un changement de stratégie, et de volonté de montrer les appareils ?

Le Nook, déjà distribué dans les magasins Barnes & Noble, pourrait lui-même élargir sa distribution en dehors de sa chaîne.

Des signes que cette stratégie a de l’avenir.

Barnes & Noble : un exemple à suivre ?

Aux états-unis, Barnes & Noble vend son Nook dans ses propres magasins.

Et le Nook est un des lecteurs les plus vendus, grâce à cette présence en magasin (et un lecteur sympa, et un prix séduisant, et une vraie offre de contenu).

On a entendu FNAC sous-entendre que proposer son propre lecteur n’était pas exclu. Ce serait l’idée qui marcherait assurément en France, pour peu que le lecteur soit bon.

Un partenariat avec un constructeur Français pourrait aussi être une bonne idée. FNAC aurait les mêmes atouts de visibilité en magasin, de confiance des consommateurs, et en termes d’offre de contenus qu’une chaîne comme Barnes & Noble.

Le consommateur a besoin de tester, toucher, comparer.

Tout bon vendeur sait qu’on ne peut pas vendre correctement des appareils technologiques de ce type sans le faire essayer. Cela vaut pour un appareil photo, pour un camescope, pour un téléphone, et encore plus pour un lecteur d’ebooks. La dimension tactile, visuelle, le poids, la taille en main, tout ceci est très important.

Les consommateurs veulent d’abord essayer, et si les marques et les distributeurs ne se dépêchent pas, alors on se demande bien qui ira concurrencer l’iPad, avec, n’en doutons pas, une stratégie qui prendra ce besoin d’essayer en compte.

Un dernier point, plus important qu’il n’y paraît, concerne l’emplacement des lecteurs. Si la FNAC a choisi le rayon livre, c’est pourtant au rayon informatique que les curieux le cherchent. La FNAC a raison d’un certain point de vue, mais pas complètement. Après tout, les lecteurs de DVD ne se trouvent pas au rayon DVD, et les lecteurs de CD ne se trouvent pas au rayon CD.

Il faudra trouver des réponses à ces problèmes très rapidement, car il est assez probable que d’ici noël 2010, beaucoup de magasins voudront un rayon pour ce nouveau type d’appareil.

En tout cas, il faut souhaiter que les différentes enseignes et que les marques sauront s’entendre pour proposer une offre claire et du choix aux futurs utilisateurs.

L’ebook à la Française, vu de l’étranger…

Lorsqu’il s’agit d’ebooks, il est parfois compliqué de comprendre les enjeux qui régissent le débat. Prix unique du livre, TVA à 5,5 %, coût de production, peur du piratage, DRM, pourcentage reversé aux auteurs, numérisation, droits d’auteurs, formats, plateforme unique……..

De quoi attraper une bonne migraine, et rester dans la confusion la plus totale.

Mais vu de l’étranger, les choses paraissent parfois beaucoup plus simples, et nous bien compliqués, surtout lorsqu’il s’agit de structurer une offre cohérente et unifiée.

Qu’observe t’on de l’étranger concernant l’offre Française:

  • Que chaque éditeur essaie d’avoir ou a déjà sa propre plateforme.
  • Que le problème est devenu politique et que l’état Français veut une plateforme unique.
  • Qu’un groupe de 5 grandes librairies (donc Fnac et Virgin) voulait la plateforme unique.
  • Qu’une plateforme unique coûterait 3 à 5 x moins cher que d’en créer une pour chacun.
  • Qu’une plateforme unique permettrait d’être mieux armé face aux géants d’internet.
  • Mais que les éditeurs Français voudraient un prix unique, comme pour le livre papier.
  • Et que les éditeurs veulent absolument garder le contrôle de la possession des fichiers.
  • Et enfin que dans les faits, les éditeurs n’arrivent pas à se mettre d’accord du tout.

Et de l’étranger, on s’étonne, alors que beaucoup d’autres pays arrivent à créer des solutions centralisées ou hybrides, que cela semble si compliqué, et on semble se demander ce qu’on attend pour créer cette plateforme unique…

En tout cas, espérons que cette apparente inconscience du danger venu des énormes machines commerciales Américaines ne va pas condamner à moyen terme l’offre Française à une véritable crise. Il est peut-être en effet temps de s’unir.

Pour en savoir plus (en Anglais) : le site de Publishingperspectives

iBooks sur iPhone : la stratégie gagnante d’Apple.

Beaucoup d’observateurs devaient se demander quelle serait la prochaine annonce d’Apple concernant les ebooks. La réponse n’a pas tardé, et elle est à la fois logique et sans suprise : iBooks sera disponible sur iPhone.

Steve Job a en effet profité de l’annonce de la sortie de l’iPhone OS 4.0 pour annoncer qu’iBooks y serait integré.

Un nouvel argument de vente, pour l’iPhone comme pour iBooks.

Prendre les concurrents à leur propre jeu :

Kindle a choisi depuis quelques mois la diversification. J’en ai parlé récemment de manière plus détaillée dans ce billet.

L’objectif d’Amazon est de proposer son application Kindle non plus seulement sur son lecteur maison, mais sur le plus de plateformes possibles.

Amazon a ainsi assuré sa survie en choisissant de ne pas couler avec son appareil, qui lui est beaucoup plus menacé. Amazon essaie d’ailleurs de sauver son lecteur avec une  nouvelle étape dans sa stratégie : rendre le Kindle disponible en magasin.

Kobo (anciennement ShortCovers) propose la même chose qu’Amazon, avec des applications pour lire depuis n’importe quel appareil. Mais si le système est bien en place pour les smartphones, il manque quelques applications importantes (pour les ordinateurs entre autres).

Ibis reader et Google (prochainement) utiliseront quant à eux le principe du « Cloud Computing », qui consiste (pour les ebooks) à héberger l’ebook sur serveur, ce qui permet de le lire depuis n’importe quel navigateur.

En ne limitant pas son application à son seul iPad, Apple lui aussi permet aux utilisateurs d’iBooks de lire de manière nomade, depuis un iPad ou un iPhone (et bientôt depuis un MAC apparemment).

Pourquoi on pouvait s’y attendre :

D’abord, parceque l’iPhone est le smartphone n°1, que beaucoup de gens le possèdent et que la synergie des deux permet de faciliter encore la vente d’ebooks. Cela permettra aussi à tous les possesseurs d’iPhone de se faire une idée d’iBooks, et de donner envie de lire sur un écran plus grand.

La stratégie pour iBooks est donc finalement la même que pour les autres géants, et consiste à s’affranchir des barrières du lecteur maison pour être disponible sur un maximum d’appareils.

Il est aujourd’hui trop risqué de limiter son offre catalogue à son propre lecteur. Amazon en a fait les frais avec la sortie de l’iPad, mais heureusement, avait anticipé et a pu proposer une application pour l’iPad.

De plus, le consommateur aime cette idée de pouvoir lire un ebook acheté sur de nombreux appareils.

Voilà pourquoi il ne serait pas surprenant de voir arriver l’application iBooks sur Mac, comme l’a laissé entendre Steve Job.

Quant à proposer l’application hors de ses frontières Apple (par exemple pour toutes les tablettes), on en est pas là, car Apple a plus intérêt à vendre son iPad et à favoriser l’écosystème Apple en faisant de ses applications maison un argument d’achat.

Vendre Kindle en boutique : le prochain coup d’Amazon ?

C’est ce que pourrait laisser penser une information trouvée sur enGadget (photo de gauche), selon laquelle la chaîne de magasins « Target » pourrait distribuer le désormais célèbre Kindle à partir du 25 Avril.

Nous n’en sommes qu’au stade de la rumeur. Pourtant, quand on voit les efforts actuels effectués par Amazon pour se repositionner face à la concurrence féroce d’entreprises comme Apple avec son offre iBooks, ce serait logique.

C’est une bonne occasion de récapituler les grands changements opérés par Kindle depuis quelques temps :

  • Le lancement d’applications Kindle : sur blackberry, iphone, PC, MAC et désormais tablettes (dont l’iPad). Avec cette stratégie, Kindle cherche à sortir de son célèbre Appareil pour conquérir tous les supports,
  • Les rumeurs de la sortie d’un « super-kindle » tactile, qui intégrerait couleur, vidéo, et peut-être même LCD. Un nouvel appareil semble en effet nécessaire pour concurrencer l’arrivée des tablettes.
  • Le partenariat avec Dell pour proposer les contenus Amazon sur la tablette dell streak. Peut-être le début d’une longue série ?
  • Le lancement futur d’un App Store Amazon pour le Kindle. Des applications pour Kindle pourraient en effet venir enrichir l’actuel lecteur.
  • L’ouverture de Kindle à de nouveaux types de lectures (Il semble que Kindle veuille progresser sur son offre BD et journaux)

Proposer le Kindle en magasin serait donc une suite logique pour Amazon.

Il faut espérer que cela donnera des idées à d’autres constructeurs et magasins, car si on prend l’exemple de la France aujourd’hui, seule la FNAC propose des lecteurs, et seulement deux (de Sony et Booken).

Les utilisateurs on besoin de tester, connaître, toucher….et on sait qu’Apple avec son iPad mettra le paquet pour être présent. La présence de Kindle en magasin devient donc urgente, et elle est très demandée, en tout cas aux états-unis.

Quelles applications pour lire des ebooks sur ipad ?

L’iPad vient de sortir, et on sait désormais qu’iBooks est bel et bien là. On sait aussi qu’il sera possible de lire des ebooks sur l’iPad sans passer par iBooks. Mais quelles seront les options, et qui propose et proposera des applications de lecture ?

Les concurrents directs d’Apple

  • Kindle propose dores et déjà son application iPad.

Kindle se positionne comme le concurrent principal d’iBooks. Malgré quelques petits défauts, l’interface montre un véritable changement de politique en termes d’ergonomie. C’est réussi.

  • Barnes & Noble est suspendu à la décision d’Apple.

Apple n’a en effet toujours pas validé l’application. On sait que Barnes & Noble joue très gros avec son application iPad, et que la librairie Américaine veut rester dans la course aux côtés d’iBooks et de Kindle. Son application avait été un succès lors de sa sortie sur iPhone l’année dernière, et on peut raisonnablement penser qu’elle sera réussie aussi pour l’iPad.

  • Google est dans une situation particulière.

Avec un Google éditions qui sera utilisable depuis n’importe quel navigateur, Google propose, comme iBis reader, une solution différente pour consulter ses ebooks directement.

Mais une application sous forme d’un raccourci pourrait être un plus pour être présent sur l’iPad. Google proposera t’il une application pour iPad cet été, ou choisira t’il de faire cavalier seul avec sa tablette ? Suspense. Dans tous les cas, on pourra lire des ebooks de Google éditions sur l’iPad.

  • Kobo continue à appliquer scrupuleusement son slogan.

Anciennement shortcovers, Kobo a comme politique de s’exporter partout, sur tous les supports. Il est donc logique que Kobo arrive sur iPad, et l’application a l’air très réussie. Beaucoup d’aspects semblent avoir été pris en compte en termes d’ergonomie.

Kobo pourrait d’ailleurs venir jouer les trouble fêtes dans le petit groupe privilégié que constitue Amazon, Apple, Barnes & Noble et Google.

Kobo on iPad from Kobo on Vimeo.

Côté applications iPhone…

Les applications de lecture pour iPhone semblent très naturellement portées à exister sur iPad.

Toutes les suivantes ont l’air compatibles iPad, mais aucune n’ a pour l’instant communiqué officiellement à ma connaissance pour annoncer une application spécifique. Cela ne saurait tarder…

Stanza, une des premières applications de lecture d’ebooks , a toujours les faveurs du public grâce à ses nombreux paramétrages et une expérience utilisateur soignée. Pas d’annonce officielle pour une application iPad pour l’instant.

Fictionwise et son désormais célèbre « ereader » sont bien sur utilisables sur l’iPad, mais à m connaissance, aucune annonce ne semble avoir été faite concernant une application spécifique pour l’iPad.

Même chose pour Bookshelf, et pour classics.

On sait par contre que Scrollmotion prépare des manuels scolaires pour l’iPad.

L’iPad : lecteur d’ebooks universel ?

Seul le temps le dira. Mais en effet, le fait que tous les grands de l’ebook créent leur application, et que ces applications soient de véritables révolutions en termes d’ergonomie pourrait transformer l’iPad en plateforme idéale pour la lecture.

En tout cas, le choix sera là, et les principaux acteurs aussi.

Reste à savoir si chaque acteur créera une version compatible avec l’ensemble des tablettes au lieu de ne créer qu’une application iPad.

En l’absence de développement des applications des principaux acteurs sur d’autres tablettes que l’iPad, alors l’iPad s’imposera comme le lecteur d’ebooks universel.

Une situation qui n’est pas enviable, et d’ailleurs assez peu probable….

Ebooks : le programme de l’après-ipad…

Difficile de parler d’autre chose que l’iPad, alors que les concurrents que sont Kindle ou même Barnes & Noble cherchent à exister sur la tablette. L’iPad serait-il incontournable ? Evidemment.

Pourtant, il y a d’autres projets qui vont bientôt modifier le paysage….une fois que l’ouragan iPad sera passé, la concurrence se fera entendre, et elle a des arguments aussi.

Je ne parlerai ici que des projets de matériel de lecture, pas des contenus. La révolution passera aussi par les contenus, mais j’en parlerai dans un autre billet.

Que nous prépare la concurrence pour les mois qui viennent…?

Certes, certains produits sont déjà sortis…..mais pas chez nous !

Les tablettes qui veulent s’attaquer directement à l’iPad :

Et de nouvelles tablettes sortent chaque jour…..

Nous n’en sommes qu’au tout début.

Certes, iPad démarre en tête et compte prendre puis garder de l’avance. Et Apple a de grandes chances d’y arriver, vu que la concurrence a maintenant entre les mains des produits qui ont l’air bien fades pour la plupart.

Entre un iPad ultra »sexy », des 1ers avis presque unanimes, et un sens du marketing qui n’est plus à prouver, il sera difficile de venir ne serait-ce que titiller Apple. Même le Kindle semble avoir pris 30 ans d’un coup, alors qu’il était LA référence il y a encore quelques semaines. Mais je pense qu’ils réagiront rapidement avec un nouveau Kindle.

Il y aura aussi quelques perles à surveiller (je pense à Adam, à Courier, enTourage eDge ou encore Skiff reader….).

Les concurrents sauront proposer des alternatives, des nouveautés, et aussi des solutions spécifiques à des besoins particuliers.

Une vraie démo de lecture d’ebooks sur iPad

Il y a des dizaines de tests de l’iPad depuis quelques jours. Mais très peu qui prennent vraiment le temps d’expliquer iBooks en Français.

Je n’ai donc pas resisté à l’envie de partager avec vous cette vidéo trouvée sur le site www.myboox.fr, un site à découvrir par la même occasion.

Cette vidéo, où Jérémie Engel, PDG et cofondateur de visuamobile, nous explique en Français l’intérêt de l’iPad pour la lecture d’ebooks est une des seules à vraiment parler de l’iPad dans cette optique…

Au programme de cette vidéo :

  • L’achat d’ebooks,
  • L’ergonomie de l’application
  • La gestion des polices
  • Le format epub
  • Les autres applications
  • La BD numérique
  • Les nouveaux usages qui seront possibles….

AFIN D’EVITER LE DEMARRAGE AUTOMATIQUE DE LA VIDEO, VOUS ALLEZ ETRE REDIRIGE VERS UNE AUTRE PAGE POUR LA VISUALISER.

Kindle sur iPad : véritable concurrent d’iBooks ?

image : amazon

De plus, avec la technologie Whispersync, il sera possible de commencer la lecture d’un ouvrage sur son Kindle ou sur une tablette, de la reprendre là où vous l’avez laissée sur votre blackberry (par exemple), et de la finir au bureau (pas bien) directement sur l’écran de votre ordinateur.

Pour iBooks, les choses seront bien entendu plus limitées…à moins qu’Apple ne se décide à suivre exactement la même approche !

Conclusion :

Bien que cela soit étonnant, iBooks a donc bien un concurrent de taille sur son propre appareil, et il est même aujourd’hui plus intéressant de choisir l’application Kindle pour iPad que iBooks si vous voulez utiliser la possibilité de lire depuis plusieurs appareils en synchronisant la lecture.

Notons que bien sûr, rien n’empêche d’avoir les deux applications, qui sont téléchargeables gratuitement.

L’application iBooks garde un avantage sur l’ergonomie, point qui comptera beaucoup plus qu’il n’y paraît pour les lecteurs, et il faudra surtout attendre de voir les catalogues en Français et les partenariats à venir pour savoir quelle est la meilleure offre.

Mais on se rend compte que Kindle revient très fort avec cette application et sa stratégie de diversification.

Si un « super-kindle » arrivait prochainement, comme les rumeurs le laissent entendre, et si d’autres tablettes que l’iPad arrivaient à faire leur trou, on pourrait donc voir le retour en force d’Amazon.

Un match au sommet, qui promet d’être passionnant.