PocketBook : 10.000 exemplaires vendus en 2 mois

Des chiffres qui relativisent l’échec « supposé » du FnacBook.

PocketBook est souvent présenté à juste titre comme un des acteurs les plus dynamiques du marché Européen des lecteurs d’ebooks, où Kindle, Nook ou Kobo ne sont pas présents. Les derniers chiffres montrent l’incroyable différence entre le marché Européen et le marché Américain.

Des chiffres particulièrement instructifs

Dans un billet qui date d’hier, j’expliquais que les chiffres du vente du FnacBook ne sont peut-être pas si mauvais que certains le disent. En effet, 12.000 ventes depuis le lancement en Novembre, si le chiffre est bien réel, n’est peut-être pas un échec dans le contexte ebooks actuel en France.

Je pense que seule une comparaison avec des chiffres de produits du même type serait pertinente. Comparer par exemple les ventes de la Galaxy Tab (50.000 exemplaires) ou de l’iPad avec celles du FnacBook n’a en effet aucun sens. Ces chiffres de PocketBook tombent donc parfaitement.


Selon le site Allemand Lesen, PocketBook aurait vendu, en Allemagne et sur les 2 derniers mois de 2010, 10.000 de ses appareils. Les ventes auraient ainsi fortement augmenté en fin d’année. PocketBook propose plusieurs appareils réputés pour leur excellente qualité, et des prix corrects.

Comparées à ces ventes, celles du FnacBook ne sont peut-être donc pas si mauvaises que cela, sachant qu’il n’y a qu’un modèle du FnacBook, vendu dans un seul magasin.

Comme le précise le site Lesen, pendant ce temps, des acteurs comme Sony sont en rupture de stock sur un modèle comme par exemple le Sony PRS-650. Bien sûr, comme Sony vend à l’international, son stock est donc plus limité pour chaque pays. Je ne serais pourtant pas si surpris que cela que Sony ait fait une percée cette année eu Europe avec sa dernière collection de readers.

Un marché Européen qui ne fait que démarrer

Le marché Américain explose, alors que le marché Européen est à peine naissant. Voilà pourquoi les chiffres des lecteurs d’ebooks ne signifient pas pour autant un échec.

Voilà qui permet de prendre un peu de recul, mais aussi de mieux comprendre pourquoi des appareils comme le Kindle, le Nook ou les autres appareils à succès sont commercialisés aux Etats-Unis et pas encore chez nous.

Tous ces acteurs attendent tout simplement que ça vaille le coup (et des accords avec les éditeurs, aussi). Les ventes se comptent la bas non pas en dizaines de milliers d’unités, mais désormais en centaines de milliers d’unités et même en millions pour le Kindle ou le Nook.

La mise en place de structures pour commercialiser ces appareils en Europe n’est donc certainement pas une priorité urgente, même si Amazon a commencé depuis peu une stratégie de vente de Kindle sur des sites nationaux.

 

Source : Lesen (en allemand)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *