Pourquoi l’iPad a déjà gagné la bataille des tablettes


L’iPad crée une pénurie de composants…

La difficulté pour Apple aujourd’hui est de répondre à la demande. Depuis quelques temps, LG, son principal fournisseur d’écrans, est en difficulté et à du mal à suivre.

Apple doit gérer cette rareté, et pour cela a choisi de limiter sa propre production et d’étaler ses lancements à l’international.

Mais cela signifie aussi qu’Apple, avec une ligne de production déjà en place, est prioritaire pour obtenir ces composants. Les concurrents devront donc d’abord relever le défi de se fournir.

Comme la production de composants est massivement absorbée par la star du moment, on voit donc mal comment un concurrent pourrait atteindre le même niveau de ventes.

Miser sur un seul appareil : la stratégie gagnante !

C’est une des clés du succès d’Apple avec ses appareils. Apple ne propose pas un système d’exploitation à des fabricants, mais fabrique lui-même un appareil, conçu sur mesure pour cet OS.

Qu’il s’agisse de l’iphone, de l’iPod ou de l’iPod Touch, Apple a toujours reproduit sa méthode avec succès..

La stratégie des concurrents est différente, et consiste à proposer un OS à des fabricants. En face de l’iPad, on trouvera bientôt des dizaines de tablettes sous android ou windows 7..


Et c’est là que les difficultés pour les OS android et Windows 7 qui doivent être ‘passe-partout’ et s’adapter à tous les types de matériels.

Difficile de faire aussi bien qu’avec un système conçu sur mesure, où le processeur maison, le système d’exploitation, et chaque aspect logiciel a été optimisé pour fonctionner parfaitement ensemble….


.

.

Proposer le haut de gamme à ‘prix serré’

L’iPad était attendu plus cher, car Apple était jusqu’ici spécialiste des prix hauts. Les concurrents s’imaginaient déjà attaquer un iPad à 800 et 1000 € avec des tablettes autour de 500 $, certes moins performantes, mais aussi moins chères.

Et non seulement l’iPad est moins cher, mais il est en plus équipé d’un bon processeur, d’un excellent écran IPS, d’un écran multi-touch très réactif, etc…

Le tout bénéficie d’années d’expérience du tactile de l’iPhone et de l’iPod Touch. Les concurrents sont donc privés d’arguments, que ce soit le prix ou les performances, en dehors de l’absence de flash et de prise USB.

Il reste encore la carte du prix à jouer sous android, celle du pro pour les tablettes Windows 7, l’OS maison pour HP (qui a racheté Palm et son OS), ou encore l’écran différent (Adam de Notion Ink).

Créer le produit le plus ‘Sexy’

Une marque devenue légendaire.


Pour beaucoup, posséder l’iPad est aussi important que posséder une tablette. Il y aura l’iPad et les autres. Aucune autre marque ne bénéficie de l’aura d’Apple, gagnée en imposant l’iPod ou l’iPhone entre autres.


Un design et une ergonomie incomparables.


La pub dit : ‘L’iPad est beau, l’iPad est fin…’ et c’est plutôt vrai. Le design est superbe, et digne d’un….produit Apple.

Une esthétique qu’on retrouve aussi dans l’interface logicielle de la machine, en plus d’une ergonomie indiscutable. Tout est simple et facile. Difficile de faire mieux sur ces points.

Une vraie puissance commerciale


Apple est un des rois de la pub depuis plusieurs années. Les publicitaires de la marque arriveraient à rendre sexy un sanibroyeur. Alors pour l’iPad, pas de soucis bien entendu.

S’appuyer sur le meilleur écosystème d’applications

L’important n’est pas la tablette, mais ce que vous allez faire avec. Et sur l’iPad encore plus que sur l’iPhone, l’intérêt est dans les applications.

.

Les développeurs innovent et se ruent sur la poule aux oeufs d’or iPad. Résultat : chaque jour, de nouvelles possibilités s’ajoutent à la machine à tout faire.

.

Un simple coup d’oeil sur les applications de lecture de l’iPad permet de voir qu’il est devenu la machine qui donne accès au plus grand réservoir d’ebooks du monde.

.

Des opportunités pour des tablettes différentes ?

Du côté de l’appareil grand public, la star sera incontestablement l’iPad. La concurrence ne doit donc pas chercher à fabriquer un iPad Killer, mais à proposer autre chose.

Certaines tablettes concurrentes pourraient sortir leur épingle du jeu en visant clientèle spécialisée. Mais la partie, même sur ce créneau, est loin d’être gagnée.

Les tablettes sous windows 7

Il y a ainsi un public qui voudra que sa tablette soit un ordinateur et pas une aire de jeux. Et pour beaucoup d’entre eux, des tablettes comme l’exopc seront plus séduisantes, pour peu que le prix ne s’envole pas, et que l’efficacité de la tablette soit au rendez-vous sur le plan des performances. Mais le défi sera de taille pour les fabricants, car Windows 7, aux dires des spécialistes, n’est pas l’idéal pour les tablettes. La vague d’abandons de projets de tablettes sous windows tend à le prouver.

Les tablettes à bas prix sous android

Que ce soient des tablettes de format plus petit ou identique, des tablettes sous android vont inonder le marché, avec des prix défiant toute concurrence. C’est la stratégie gagnante de Google qui veut ainsi s’imposer sur le plus grand nombre d’appareils possible, mais où il est urgent de donner accès à l’android Market (ce n’est pas le cas encore).

Le problème, c’est que souvent, ces tablettes manquent souvent de répondant, et sont équipées d’une vieille version d’android, car baisser les prix….se paye. Et si quelques modèles très performants seront sûrement au rendez-vous, ils seront aussi plus chers…

Les mini-tablettes

C’est le créneau pris par Dell ou Archos qui en profitent pour dépoussiérer le concept du lecteur multimédia de poche, en le mettant dans la catégorie tablette. C’est un créneau porteur, car ces tablettes sont moins encombrantes. Mais selon certaines rumeurs, des ‘iPad mini‘, de 5.6 pouces et de 7 pouces seraient en préparation, ce qui pourrait ruiner les efforts de ces acteurs.

Les tablettes dédiées à la lecture

Il reste une place pour une tablette qui serait spécialisée dans la lecture, avec un écran utilisant une technologie non fatiguante pour les yeux. Mais la difficulté viendra de l’incroyable capacité d’adaptation de l’iPad via ses applications. C’est donc seulement sur l’écran, et la taille de cet écran (plus petit serait mieux) que ces tablettes auront une chance de prendre un avantage décisif.

Le concept de tablettes couleur LCD 7 pouces ne devrait pas (selon moi) révolutionner le marché, à moins qu’un écran du type Pixel Qi y soit ajouté. L’idée est apparemment bonne, mais à vouloir tout faire, ce sont de mauvais lecteurs (écran inadapté), et des tablettes très bas de gamme (pas performantes, pas fluides…).

Pour l’instant, seul la tablette Adam de Notion Ink et une hypothétique tablette Google semblent donc vraiment en mesure de se positionner sur ce créneau de la lecture.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *