Le prochain Kindle aura un défi de taille à relever…

Beaucoup de rumeurs ont couru avant le Kindle 3 parlant de la sortie d’un modèle couleur. Mais Jeff Bezos avait rapidement tué la rumeur en annonçant qu’il n’en serait rien pour l’instant. Mais le passage à la couleur n’est-il pas inéluctable ? Et l’encre électronique est-elle la bonne solution ?

.

La couleur n’est qu’une partie de l’enjeu…

Certes, pour lire des magazines, des livres illustrés, des livres pour enfants, ou encore de la BD, la couleur est quand même un plus. Mais en dehors de ce type de consommation, le noir et blanc reste la norme, et lire des fichiers texte au format ePub en couleur n’apporterait tout simplement rien de neuf.

Sauf qu’on ne restera pas indéfiniment dans un modèle où le livre numérique n’est qu’une pâle copie du livre papier ayant perdu sa mise en pages.

Dans l’exemple ci-dessus, on voit les énormes progrès réalisés par Fujitsu. Mais on est bien loin du rendu des écrans LCD, qui continuent de progresser…Alors que l’encre électronique couleur est fade malgré les progrès effectués, on peut donc légitimement dire que l’avenir ne se situe pas sur ce terrain.

L’avenir s’oriente vers des formats plus complexes.

L’ebook enrichi arrive. L’enrichissement peut être très léger, ou beaucoup plus massif. Et que cela éloigne ou non du texte (un autre débat), ce genre de format a de l’avenir.

Avec les tablettes, les applications de lecture permettent des fonctionnalités auxquelles ne peuvent même pas rêver les solutions utilisant un écran e-paper. Les possibilités d’animation, la présentation, l’intégration d’éléments enrichis…tout ce qui finalement fait aujourd’hui le succès d’iBooks est ingérable pour un écran epaper. Et nous n’en sommes qu’au début de ces enrichissements…


Le format ePub ne me semble pas être le format d’avenir qu’il semblait être il y a quelques mois encore….il a été modifié par Apple pour l’adapter à ses besoins, et a donc été adapté pour mieux répondre aux formes actuelles et futures de lecture. Le format actuel semble donc dépassé. A ce sujet, voir l’excellent article sur le sujet de Frédéric Kaplan : ePub : pourquoi le monde de l’édition s’est trompé de format

Pour toutes ces raisons, Kindle a intérêt à ne pas se laisser piéger dans un modèle à encre électronique où les évolutions sont limitées. La solution idéale ressemble aux nouveaux écrans de Pixel Qi, Mirasol ou Liquavista.

La couleur sans les défauts

Le futur Kindle ne pourra se permettre ni d’avoir les défauts du LCD, ni d’avoir les défauts de l’encre électronique.

Il lui faudra donc une technologie qui permette une grande autonomie et une lecture en extérieur et confortable pour garder sa base de clients. Mais il faudra aussi être capable de procurer les mêmes fonctions que les logiciels de lecture Kindle, qui évoluent sur des plateformes plus modernes, tactiles, et remportent un véritable succès.

Kindle a d’ailleurs aussi lancé ses premiers ebooks enrichis, et croit au concept.

Amazon doit donc maintenant soit arriver à créer son propre écran utilisant une nouvelle technologie, soit se fournir auprès de ceux qui ont développé des écrans très prometteurs. La seconde solution semble plus réaliste.

L’écran Pixel QI : il permet de passer d’un mode LCD à un mode e-paper avec un simple bouton. Une solution intéressante, mais avec des limites car la couleur semble être plus réussie chez la concurrence en mode non rétro-éclairé, et que seul ce mode intéresse Amazon. La technologie pourrait par contre être idéale pour un type d’appareil devenant tour à tour lecteur e-paper noir et blanc et tablette tactile. Je ne pense pas que ce soit l’objectif d’Amazon.


L’écran Liquavista : il utilise les propriétés de rétractation d’une huile sous l’effet d’un champ électrique pour « remplir » ou « vider » les pixels. Le résultat est très impressionnant. C’est un des partenaires possibles pour proposer un écran sans rétro-éclairage, mais aussi capable qu’un LCD classique pour tout le reste.

.


L’écran Mirasol : il fonctionne sur le même principe que l’écran Liquavista, mais pas d’huile ici : ce sont des micro-miroirs qui produisent la couleur. L’écran propose des résultats intéressants. Mais la seule vraie limite aujourd’hui en dehors d’un prix qui pourrait être trop élevé, c’est la limitation actuelle à des écrans 5,7 pouces. C’est suffisant, mais un peu limité.

Pour en savoir plus sur les écrans Mirasol, je vous recommande ce billet.

.

.

Des rumeurs persistantes affirment que Kindle se serait associé à Mirasol pour proposer rapidement un écran couleur utilisant cette technologie; des rumeurs que laissent courir Mirasol et Amazon, mais amplifiées par le fait que Qualcomm, le fabricant de l’écran affirme avoir signé avec un partenaire majeur, et vient d’investir 2 milliards de dollars pour une production de masse.

Le Kindle 4 idéal…que proposerait t’il ?

  • Couleur et animations,
  • Interface tactile, écran 6 à 7 pouces pouces,
  • Poids plume et finesse,
  • Une autonomie très importante,
  • Une ‘solution de lecture’ qui évoluera aussi rapidement que les applications Kindle pour tablettes ou smartphones,
  • Un prix inférieur à celui des tablettes.

Il ne reste plus qu’à attendre, et à espérer que d’ici là, il y aura des contenus en Français…

Laisser un commentaire