Le 1er eReader solaire commercialisé en décembre.

On parle depuis longtemps des lecteurs d’ebooks alimentés par énergie solaire, mais aucun n’avait jusqu’ici dépassé le stade du prototype. Aujourd’hui, Toshiba annonce la commercialisation du premier lecteur. Lancement en décembre, mais uniquement au Japon.

.

Il devrait être commercialisé dans un premier temps au moins exclusivement au Japon, en partenariat avec KKDI, le second opérateur téléphonique du pays, à un prix non communiqué pour l’instant.

Il proposera un écran 6 pouces, et 16 niveaux de gris, une résolution de 800 x 600 pixels, Wifi, 2 Go de mémoire intégrée, un port micro-SD, un port micro-USB, le tout dans 296 grammes. Il pourra lire les formats XMDF, PDF et EPUB.

Au delà de l’annonce elle-même, la vraie question des de savoir si l’intégration d’un capteur solaire dans un lecteur est un vrai progrès ou juste un gadget.

Une question reste en effet en suspens : quelles capacités aura ce petit capteur solaire de la photo ? Il ne permettra certainement pas à lui seul de recharger l’appareil ou de permettre de se passer d’une batterie. Alors est-ce un simple coup marketing ou le solaire aura t’il une réelle utilité pour l’utilisateur ?

Il faudra attendre pour le savoir…

D’autres projets en préparation….

Toshiba est donc le premier à commercialiser sa solution, mais d’autres acteurs se positionnent aussi.


Benq a déjà annoncé sa solution pour alimenter un lecteur avec panneau solaire pour 2011. Le concept est légèrement différent puisque dans le cas de Benq, c’est la housse du reader qui sera équipée d’un panneau solaire. Plus de détails ici.

LG a été le premier à présenter un prototype de panneau solaire pour lecteur, lui aussi intégré à la housse. LG parle de 5 à 6 heures de charge en plein soleil pour obtenir une autonomie d’une journée.

Enfin, Neoluxxim est arrivé à proposer un affichage e-paper avec des capteurs solaires se contentant de la lumière ambiante, et capables d’alimenter pendant 18 mois un appareil qui n’était pas un lecteur d’ebooks mais un panneau publicitaire e-paper. (à voir ici)

Mais attention, comme me l’avait précisé alors Bruno Rives, spécialiste du papier électronique et qui s’occupe aussi du Labo BNF: « Un tel « papier » alimenté en solaire est en présentation au Labo BnF. Mais attention, il s’agit de segmenté, qui ne nécessite que très peu de points d’alimentation, d’électronique et de programmes, et pas de « boot », d’où la possibilité du photovoltaïque. Faire fonctionner un reader à résolution au point, et à application de type informatique, est une autre histoire… »


Laisser un commentaire