L’interview de Heather Reisman, créatrice de Kobo…


Et alors qu’on ne parle que d’Amazon et de Apple, Kobo se prépare à prendre une place de choix dans le paysage de l’ebook de demain grâce à une crédo simple : lire à tout moment, depuis n’importe quel appareil.

.

Voici le tout début de l’interview qu’elle a accordé au site « les affaires ».

Diane Bérard – Amazon, Apple… le domaine du livre électronique est peuplé de géants qui multiplient les lancements, comment comptez-vous survivre ?
Heather Reisman – Nous avons l’habitude des batailles. Lorsque nous avons lancé Indigo, en 1996, Chapters dominait le marché canadien. Un concurrent aussi redoutable qu’intelligent. Cela ne nous a pas empêché de nous tailler une place et même d’acheter Chapters en 2001. [N.D.L.R L’achat s’est conclu au terme d’une bataille de plusieurs mois, au cours de laquelle Chapters a fortement résisté.] Mais, cette fois, le champ de bataille n’est pas national, il est mondial. Et nos concurrents sont tout aussi imposants. Je ne me fais pas d’illusions, Indigo ne dictera pas les règles du jeu. C’est pour cette raison que nous devions nous présenter tôt sur le terrain, pour comprendre ce qui se passe et évaluer la place que nous occuperons. Comme nous ne sommes pas du même poids que nos adversaires, nous devons compenser autrement, développer un autre avantage.

Dans la suite de cette interview, Heather Reisman explique que la seule solution face à la situation incertaine des ebooks est de pouvoir être présent sur n’importe quel lecteur.Ipad, Sony reader, iphone, blackberry….tout le monde pourra accéder au catalogue de Kobo.

Elle donne aussi son avis sur les prix du livre numériques, et pense que les prix vont s’uniformiser, allant même jusqu’à dire que l’offre sera uniformisée : tous les mêmes contenus, aux mêmes prix. D’où l’utilité de Kobo, qui permettra non pas d’avoir une offre différente, et de profiter de son offre sur plusieurs lecteurs, où que l’on soit, à n’importe quel moment.

Pour faire la différence, Kobo compte bien apporter aux clients une expérience communautaire, une expérience de conseil, où , comme le fait un libraire, le lecteur pourra être orienté en fonction de ses goûts personnels.

J’ai récemment comparé les services de Kobo et ibis reader, mais surtout commenté la vision du CEO de Kobo, Michael Serbinis, qui proposait sa vision de l’ebook pour 2010.

Je crois en effet que Kobo sera un des grands acteurs du livre électronique dans les années qui viennent.

Pour lire l’interview complète : Les affaires

Laisser un commentaire