Amazon dans la tourmente après l’ouragan iPad

Amazon mis en difficulté de toutes parts ?

Après s’être fait voler la vedette par Apple et son iPad qui pourrait réussir à séduire le monde entier avec un écran « même pas » e-paper, après l’accueil très froid reservé au Kindle DX par les universités à cause de l’encre électronique (sensée être un point fort), Amazon vient maintenant d’affronter la rébellion d’un de ses partenaires, Macmillan, qui a demandé une remontée des prix.

Comme par hasard, Macmillan a aussi signé chez Apple pour l’offre iBooks sur iPad, et a donc demandé les mêmes prix, plus hauts, et alignés sur ceux de l’iPad d’Apple.

Un coup dur pour Amazon qui a d’abord retiré les ouvrages de son catalogue, pour montrer qu’il ne céderait pas, puis a finalement choisi de céder.

Le communiqué officiel (en Anglais) est un « savant » mélange d’irritation, d’appel à l’intelligence des autres éditeurs, et d’étalage de bonnes intentions (une véritable « mission » envers les pauvres utilisateurs lésés par des prix trop hauts).

Et c’est bien le ton de ce communiqué lui-même qui inquiète et semble montrer un Amazon déstabilisé.

La grande crainte d’Amazon serait en effet que les autres éditeurs lui emboitent le pas et que son 2nd argument contre l’iPad (les ebooks à moins de 10$) disparaisse.  Le premier argument, concernant l’encre électronique, est en effet mis à mal par les récentes études qui montrent que les jeunes utilisateurs (les lecteurs d’aujourd’hui et de demain) préfèrent le LCD à l’encre électronique actuelle. Le parti de l’encre électronique semble perdu face aux tablettes.

En perdant la bataille des prix, ainsi que la bataille du support, ringardisé par la tablette, Amazon se retrouve dans une position très délicate.

Le consommateur a l’air de préférer massivement une tablette à un e-Reader. Si cela se confirme, alors Amazon est dans une très mauvaise position, car il pourrait perdre définitivement le marché grand public, qu’il n’a jamais vraiment réussi à conquérir.

Il se retrouverait alors à la tête de ce qui a toujours été un simple marché de niche. Si cela se confirme, c’est un véritable cauchemard et un réveil brutal pour Amazon, comme pour beaucoup d’autres.

Mise à jour 3 février 17h30 : Les craintes sont confirmées pour Kindle, certaines sources parlant d’une pression des plus gros éditeurs pour suivre Macmillan. Ainsi, News Corp, dirigé par Ruppert Murdoch, veut faire plier Amazon sur les prix concernant son catalogue : HarperCollins.

Mise à jour 4 février 13h48 : Annoncé déjà depuis hier, le rachat de TouchCo, spécialiste du tactile et du multitouch, démontre que le danger évoqué est donc bien perçu par Amazon qui va donc apparemment essayer de s’adapter à cette nouvelle donne. Alors à quand le Kindle 3, multitouch, à prix hyper-concurrentiel, et écran….LCD ? Ce dernier point n’est pas annoncé, mais TouchCo est une technologie qui fonctionne avec des cristaux liquides, pas du e-paper……

 

Laisser un commentaire