FnacBook : premières impressions à chaud…

Tout est bien en place, comme on pouvait s’y attendre. Dans le magasin Fnac que j’ai visité, il y avait non plus une mais bien deux bornes de présentation du FnacBook au lieu d’une seule zone auparavant avec les lecteurs de Sony et Bookeen. C’est d’ailleurs très efficace puisqu’au lieu de voir les gens passer sans même regarder (j’ai passé pas mal de temps par le passé à regarder l’attitude des gens face à ces bornes), les gens s’arrêtent, et prennent le temps d’essayer le lecteur. Cette fois-ci l’appareil est branché et fonctionnel.

Au 1er stand que j’ai vu, pas de démonstrateur, mais un vendeur du rayon d’à côté vigilant et très prompt à renseigner les gens. J’en reparlerai plus loin. Au 2nd stand, celui disposé au rayon livre, il y avait par contre une personne pour tout expliquer, avec un discours bien rôdé, et qui avait comme lourde tâche de renseigner des gens tout à fait ignorants de ce qu’était un lecteur d’ebooks.

Dans les deux cas, pendant toute la période où j’étais dans le magasin, il y avait du monde en permanence devant les appareils.

L’appareil : joli, simple, pas cher, mais des petits défauts…

Il est joliment présenté et mis en avant. Premier coup d’oeil : bien. Il est joli, fin, les couleurs de la Fnac lui vont bien, et, point fort à mon avis pour tous ceux qui découvrent l’ebook, il a l’air facile à utiliser, contrairement à des appareils concurrents qui avaient l’air plus complexes. On regrettera juste les touches de navigation en Anglais, mais la personnalisation n’a pas du être possible.

J’ai alors testé l’appareil, et constaté qu’il est bien facile à utiliser, que l’encre électronique proposée est tout à fait agréable à lire. Le changement des pages est relativement rapide, malgré un tout petit temps de « flou » avant que la police devienne parfaitement nette. Rien de gênant cependant.

Le rendu de l’encre électronique est bien meilleur que sur la photo où j’ai un peu bougé.

En utilisation, j’ai été moins convaincu, bien que l’appareil s’en sorte très bien. Mais le souci vient pour moi de l’écran tactile, qui permet par simple glissement de tourner la page…normalement. Mais au bout de 2 minutes d’essais où ce glissement marche une fois sur deux ou trois, j’essaie les touches avant-arrière, qui ne marchent pas non plus à chaque fois. Je veux bien admettre que je m’y prends mal, et qu’il y a un temps d’apprentissage. Mais il faut espérer que ça n’est que cela, car sinon, l’appareil risque d’être vraiment fatiguant à l’utilisation.

Mise à jour : l’appareil fonctionnait mal. Un second test disponible ici m’a donc plus convaincu sur ce point.

Je n’aurais jamais pensé dire ça un jour, mais là, des touches physiques pour changer de pages manquent cruellement. Tant pis.

Où sont passés les autres lecteurs à encre électronique ?

Ils ont disparu ou je ne les ai pas trouvés (j’avais peu de temps), mais la personne qui m’accompagnait ne les a pas trouvés non plus. Au mieux, les Sony Reader et autres Cybook Opus ont donc été mis dans des endroits où on ne les verra pas trop. Une autre personne m’a rapporté la même aventure dans un autre magasin.

Quoi qu’il en soit, la place est faite pour le FnacBook et la Fnac ne compte manifestement plus parler des autres. Est-ce pour noël, ou est-ce un véritable virage de la Fnac dans ce sens ?

En tout cas, si certains nourrissaient l’espoir que la Fnac présente rapidement un rayon avec des dizaines de lecteurs et des conseillers spécialisés dans le domaine, cet espoir semble aujourd’hui s’éloigner.

Une page vient donc manifestement de se tourner.

Un discours « pro-encre électronique » pour la lecture…

J’ai profité de mon passage pour aller jetter un oeil à l’iPad et au Samsung Galaxy, et plus précisemment sur le Reader Hub de la Samsung Galaxy Tab que je n’avais pas encore tenue en mains. Dans les deux cas, il me sera impossible de feuilleter le moindre ebook sur les appareils.


C’est là que le plus intéressant commence, avec la confirmation que l’iPad et la Galaxy Tab intéressent les gens…..pour la lecture. J’étais en effet en train d’essayer vainement de télécharger un ebook sur le Samsung Galaxy Tab, et à ce moment là, des personnes ont demandé par deux fois au vendeur des renseignements sur l’iPad ou la Galaxy Tab concernant les ebooks.

Dans les deux cas, le discours a été très clair : d’un côté les écrans LCD ne sont pas du tout faits pour lire et font mal aux yeux, et de l’autre l’encre électronique est magique…Pas de fioritures ni de questions concernant les besoins de l’utilisateur : c’est FnacBook sinon rien, et à réserver tout de suite. Ces visiteurs qui venaient manifestement regarder l’iPad ont été redirigés (sous mes yeux ébahis) vers le FnacBook, sans même avoir eu le temps de regarder la tablette.

Ce qui me gêne, c’est que la Fnac est une enseigne où beaucoup de gens viennent pour être conseillés. Les personnes que j’ai vu ce matin venaient chercher des conseils, et tous semblaient faire au vendeur une confiance aveugle.

Bilan…

La Fnac a mis en place tout ce qu’il faut pour faire un maximum de ventes, et le bon point pour moi est que cela prouve que l’ebook est maintenant prêt à s’ouvrir au grand public. Vous l’aurez compris, l‘argumentaire orienté me gêne beaucoup plus, ainsi que la « disparition » des concurrents.

Reste que le FnacBook est globalement un bon appareil, une belle idée cadeau avec une offre de contenu de 80.000 ouvrages en Français, et à un prix très attractif, qui offre un rapport qualité / prestations / prix intéressant.

Une question importante pour finir: les problèmes rencontrés avec l’écran tactile sont-ils dus à un manque d’habitude, suis-je tombé sur un appareil qui fonctionnait mal, ou bien le FnacBook rencontre t’il des difficultés sur ce point ?

En l’absence de boutons pour tourner les pages, la réponse a son importance…

Laisser un commentaire