Comment les ebooks projettent de sauver les bibliothèques

Traduction de l’article de Stuart Miles « How eBooks plan to save libraries, newspapers and make us read. Can DRM be a good thing for once? »

Pour une fois, les DRM pourraient être une bonne chose.

Sony annonce deux côtés de l’Atlantique que ses nouveaux lecteurs d’ebooks ne sont pas seulement les derniers gadgets à la mode, mais qu’il s’agit en fait de sauver un certain nombre de secteurs qui pourraient, sans un petit coup de pouce, connaître une mort rapide lors de la prochaine décennie.

Les «médias» aiment parler de la mort du secteur des journaux, comment l’information s’est déplacée sur internet (vous lisez ceci en ce moment par exemple), et la façon dont les éditeurs de journaux devront trouver de nouvelles solutions payantes pour survivre.

Cependant, personne ne parle de la bibliothèque, qui est pourtant bien utile, mais qui ne dispose pas de site Web avec une visibilité importante et qui permet de se faire entendre.

Alors, quand Sony a annoncé que ses derniers lecteurs offriront aux utilisateurs la possibilité de télécharger des livres gratuitement à partir de leur bibliothèque locale, nous devons admettre que nous avons été pour le moins surpris.

Après tout, si vous pourriez obtenir une version électronique des derniers romans, des manuels ou des périodiques pendant 21 jours sans avoir à payer pour cela, vous vous inscririez rapidement, non ?

Si vous étiez plus jeune un rat de bibliothèque, vous avez sans doute acheté des livres, lu un grand nombre d’entre eux, puis laissé ceux-ci encombrer votre maison.

Je parierais que la chambre d’amis est remplie de ces livres qui n’ont pas été touchés pendant des années. Je parie également que même si vous aimez lire, vous ne vous déplacez pas à la bibliothèque. Si vous pouviez les obtenir gratuitement (à partir d’une bibliothèque que nos impôts servent à payer), vous seriez bien heureux, pas vrai ?

C’est l’objectif de Sony.

Mais est-ce réaliste ? Ce n’est malheureusement que le début, mais actuellement environ 9000 bibliothèques proposent un service de prêt numérique autour du globe.

Il est vrai que la plupart d’entre elles sont aux États-Unis, mais vous pouvez trouver des bibliothèques locales un peu partout dans le monde entier dans des endroits comme l’Australie, l’Irlande et le Royaume-Uni.

Jusqu’à présent, seulement trois bibliothèques proposent ce service au Royaume-Uni (décevant, reconnaissons-le), mais ce n’est qu’un début. Si vous habitez dans l’Essex, Croydon, ou Dorset vous avez de la chance.

Achetez un lecteur numérique qui prend en charge le standard EPUB ebook et vous serez en mesure d’obtenir des livres numériques gratuitement pendant 21 jours, selon ce que l’éditeur a fixé.

Mieux encore, vous n’aurez pas à visiter votre bibliothèque locale pour obtenir ces livres. Se rendre à votre bibliothèque locale est souvent compliqué – ils sont toujours dans des endroits étranges, pas vrai ? Vous n’aurez pas le faire.

Vous serez capable d’accéder à vos fichiers que vous soyiez sur la route ou de l’autre côté de la planète, aussi longtemps que vous êtes un membre de la bibliothèque en question.

Les DRM pourrait-elles être effectivement une bonne chose ici? Refléchissez-y.

L’éditeur fait ses ventes (auprès de la librairie), le lecteur (c’est vous) arrive à lire un livre gratuitement (que vous avez emprunté), et le livre s’auto-détruit (soit devenient illisible) après 21 jours de sorte qu’il n’y a pas de problème de copie.

Nous n’aurions jamais pensé que nous allions dire cela, mais ici, la DRM est une bonne chose.

Une fois imaginée l’excitation de la bibliothèque, pensez à tous ces périodiques et journaux locaux qui ont maintenant un nouveau public.

Les gens ne paient jamais un journal parce qu’ils veulent achèter des mots, ils paient parce qu’ils croient qu’ils achètent un objet physique – le papier. C’est la même chose pour un ebook – vous achetez ou dans ce cas vous empruntez une édition d’un fichier physique, plutôt que d’accéder simplement aux informations sur votre ordinateur ou téléphone.

Soudainement, l’industrie est sauvée.

Traduction de l’article de Stuart Miles « How eBooks plan to save librairies, newspapers and make us read », sur www.pocket-lint.com

Posted via web from ebookvision’s posterous

Laisser un commentaire