Pixel Qi : le point sur un des écrans de lecture de demain

Le point sur l’écran, ses évolutions, et les projets de Pixel Qi.

Pixel Qi est un de ces acteurs dont peu de personnes connaissent l’existence, comme c’était le cas encore de Mirasol juste avant le CES. Et justement, comme Mirasol, Pixel Qi propose une petite révolution grâce à un écran parfaitement adapté à la lecture, un écran d’ailleurs intégré dans la tablette Adam, dont on a beaucoup parlé ces derniers temps…


Pixel Qi et son écran 3Qi : une technologie à très fort potentiel…


image : Pixel Qi


L’écran Pixel Qi est en réalité l’écran 3Qi, Pixel Qi étant la marque qui le fabrique. Cet écran a la capacité étonnante de pouvoir passer d’un mode LCD « normal », à un mode « epaper ». La technologie développée par Pixel Qi utilise une sorte de miroir integré à l’écran, qui prend le relais du rétro-éclairage si on l’éteint.

L’intérêt est réel en luminosité moyenne ou forte, puisque lorsque l’écran est « éteint », il n’y a aucun conflit entre rétro-éclairage et lumière extérieure, un conflit qui rend habituellement les écrans LCD illisibles en extérieur. On peut donc utiliser son écran même en plein soleil.

Pour ce qui nous concerne, les ebooks, cette technologie a un effet secondaire très sympathique : elle donne au texte un rendu proche de celui d’un écran à encre électronique.


Grâce à cet écran, on peut donc passer d’un « ordinateur » à un lecteur d’ebooks, sans changer d’appareil. Le compromis idéal, d’une certaine manière….

3 tailles d’écrans en production désormais

L’écran 3Qi a été montré dans la version la plus attendue : la version 7 pouces, une taille parfaite pour équiper des readers ou des tablettes qui voudraient être utilisables en tant que lecteur d’ebooks. C’est une taille qui devrait, en 2011, devenir un standard pour les appareils hybrides qui ne manqueront pas d’envahir le marché.

Mais il y aura aussi 2 versions proches du 10 pouces, avec une version 9,7 pouces en 4:3, et une version 10,1 pouces en 16/9ème.


Comme l’explique Marie-Lou Jepsen, toutes les tailles sont envisageables technologiquement. Celles-ci sont simplement les plus logiques manifestement.

Des écrans à monter soi-même et un concept d’écran additionnel

Depuis le début, Pixel Qi innove, et deux innovations sont particulièrement intéressantes.

La première innovation concerne les écrans Pixel Qi à monter soi-même (image ci-dessus), un type d’écran sorti en cours d’année, et qu’il est possible d’acheter pour équiper son netbook. Le problème : un prix de 275 $ plutôt dissuasif que l’on doit donc ajouter au prix du netbook. En savoir plus


Deuxième innovation, plus compliquée à appréhender, mais qui a le mérite d’être originale, un écran auxiliaire 3Qi de 10 pouces, indépendant,  que l’on peut brancher par USB sur un appareil externe, et qui est alimenté par USB (pas de batterie). Voici une manière originale d’utiliser un écran Pixel Qi, sans avoir à changer de machine.

Mais c’est ce qui est présenté comme une simple option : le WUSB, qui pourrait faire la différence. La compatibilité avec l’USB sans fil pourrait alors transformer l’écran en appareil autonome, sans fil à la patte. Un usage intéressant, mais limité puisqu’on ne pourra pas par exemple tourner une page depuis l’écran si on lit un livre numérique affiché sur l’ordinateur. Il reste donc à imaginer les usages…

De nombreux progrès et évolutions

Dans la vidéo (en bas du billet), on peut voir que les ingénieurs sont au travail sur des divers prototypes. Mais quelques autres news sont aussi tombées ces derniers temps concernant les progrès de ces écrans.

  • Des écrans désormais tactiles

Ce n’est pas une nouveauté du CES, mais de juin dernier, lors du Computex 2010. Cela a ouvert la voie à l’intégration de l’écran dans de nombreuses tablettes que l’on commence d’ailleurs à voir lors de la vidéo en faisant un peu attention.

L’intérêt est évident et était un préalable nécessaire à l’arrivée de la technologie de Pixel Qi sur des tablettes…

  • Une consommation d’énergie encore réduite

L’année dernière, l’écran ne consommait que 0,7 w. Le nouvel écran annonce désormais 0,4 w. Un gain qui devrait se traduire dans les faits par une autonomie fortement augmentée dans le mode « non rétro-éclairé ».

  • L’intégration des écrans avec les processeurs ARM

C’est une nouveauté découverte lors du CES qui vient de se terminer, et qui ouvre des portes à Pixel Qi, puisque ces processeurs sont particulièrement appréciés dans le domaine de l’informatique nomade. Les tablettes, de diverses tailles, sont bien sûr visées….

Des écrans désormais prêts pour la production de masse

L’année dernière, plusieurs problèmes avaient compliqué la tâche de Pixel Qi, avec la crise et des problèmes avec les fabricants qui avaient coûté à Pixel Qi beaucoup d’argent, et généré des retards.

Un des enjeux pour Pixel Qi est de produire en masse, car en cas de succès, il faudra répondre à la demande. C’est d’ailleurs le problème déjà posé aujourd’hui. Les écrans à monter soi-même avaient été en rupture de stock dès le premier jour. C’est le cas aussi pour les écrans de la tablette Adam, la rupture de stock des modèles avec écran Pixel Qi ayant eu lieu dans la première heure.

Il semble donc que Pixel Qi a du mal à fournir pour l’instant. Mais les nouvelles sont plutôt bonnes sur ce front, car Pixel Qi pourra désormais compter sur le soutien de CPT, le second fabricant mondial d’écrans LCD de taille moyenne, et a livré 40 millions d’écrans l’année dernière.

CPT avait été remarqué en Juin dernier au Computex en proposant un écran similaire à celui de Pixel Qi, qui m’avait fait penser que Pixel Qi pourrait vite être en difficulté. Il n’en est rien , puisque CPT se chargera de fabriquer les écrans Pixel Qi. La production commencera après le nouvel an Chinois, en Février.

Le modèle vu dans la vidéo est d’ailleurs produit par CPT.

L’avenir, les prochains appareils équipés, et les concurrents

Le partenariat avec CPT devrait donner de l’envergure à Pixel Qi, qui devrait rapidement envahir le marché avec ses écrans peu coûteux à construire. Et c’est ce coût qui fera la différence à terme, car si on en croit Mary-Lou Jepsen, les écrans pourraient, produits en grande quantité, ne pas coûter plus cher qu’un écran LCD classique.

Ce ne sera pas le cas des deux concurrents qui arrivent : Mirasol et Liquavista, qui vont eux proposer des écrans qui resteront en couleur, même en extérieur. Inconvénient cependant, ils ne pourront pas passer à un mode LCD normal, supérieur en termes de rendu des couleurs….

La bataille des écrans de lecture ne fait que commencer…et il ne faut pas oublier l’encre électronique couleur, même si celle-ci aura un énorme défi technologique à relever pour rester séduisante face à ces nouveaux écrans.


En Bonus, l’ interview de Mary-Lou Jepsen par  l’incontournable Charbax au CES. (13 minutes)

Laisser un commentaire