Vers la suppression des DRM dans les livres ?

Les DRM ne sont pas inévitables, loin de là….

Certains acteurs voudraient nous faire croire que les DRM sont inévitables. Or c’est loin d’être le cas. Non seulement la moitié des ebooks disponibles sont maintenant sans DRM, mais même adobe, n°1 des protections anti-piratage, a compris que le vent tournait, et prépare des solutions moins contraignantes.

Les DRM ne sont pas inévitables.

Il y a deux options possibles : le refus pur et simple de toute forme de protection, ou le marquage des ouvrages.

La première solution a pris de l’ampleur dernièrement, alors que Charles Kermalec a fait le choix de supprimer les ebooks avec DRM de son catalogue. Un évènement qui n’a pas manqué de marquer les esprits. Mais d’autres sites proposent aussi des ebooks sans DRM. En faire la liste sortirait du cadre de ce billet

Il y a aussi une autre solution, à mi-chemin entre DRM et absence totale de protection : le marquage. D’abord utilisé sous forme de filigrane uniquement, il a évolué et est désormais intégré à l’ouvrage. On parle de « verrous sociaux » désormais. Le principe est simple : le fichier est marqué avec des données personnelles (de type nom, prénom, date et heure de l’achat). Si vous partagez le fichier, vous partagez aussi ces données, ce qui a un petit effet dissuasif.

Bien sûr, il est possible de supprimer ce marquage, comme il est possible de craquer des DRM. Mais au moins, les utilisateurs ne sont plus gênés.

Quelques avantages des ebooks sans DRM :

  • L’installation facile, sans activation ni risque de bug,
  • La possibilité de lire le fichier sur n’importe quel appareil compatible avec le format,
  • La possibilité de transférer le fichier autant de fois que vous le voulez,
  • La possibilité de convertir le fichier dans un format qui vous convient mieux,
  • La possibilité de convertir le fichier dans un nouveau format dans le futur,
  • La possibilité de redécouvrir un ebook dans 10 ans, et qu’il soit toujours lisible.

La moitié des ouvrages français proposés au format ebook proposés sans DRM

Sur le site Aldus, on peut découvrir la liste des 100 éditeurs français ou francophones qui ont dit non aux DRM. Comme on peut le lire dans le billet, c’est près de la moitié des ouvrages en Français qui est disponible désormais sans DRM. Une victoire….

Voir la liste intégrale, ainsi que d’autres informations, sur le blog.

Une prise de conscience de la part des acteurs concernés ?

Adobe semble avoir compris que la fronde anti-DRM remettait en question ce qui n’est ni plus ni moins qu’un énorme business, et prépare donc une version moins contraignante de ses DRM avec adobe server 4.1, en reprenant le bon vieux concept utilisé sur les sites où il faut accéder à son compte : un identifiant et un mot de passe.

Si cela ne constitue pas en soi la fin des DRM, un tel système ne pose manifestement pas les mêmes problématiques d’activation, et permettra de lire son ebook sur n’importe quel appareil du moment qu’on a le bon mot de passe. La pression anti-DRM commence donc à porter ses fruits.

Mais il y a aussi d’autres petites victoires. On se rappelle aussi il y a peu de temps de l’histoire de l’auteur du blog Korben.info, qui avait lâché un billet incendiaire envers la FNAC et ses DRM.

La suite de l’histoire est que la FNAC a ensuite intégré une section indiquant clairement les ouvrages sans DRM. Ces petites victoires s’ajoutent. Vous trouverez tous les détails sur Korben.info

Mais la vraie pression viendra des consommateurs, s’ils refusent de dépenser leur argent pour des ouvrages qui ne sont pas utilisables librement.

En tout cas, tout cela bouge maintenant dans la bonne direction pour le consommateur…

Laisser un commentaire